Saviez-vous qu’il existe un yoga pour l’hypertension artérielle ? Cette modalité permet de contrôler la pression artérielle et favorise, également, le bien-être physique et mental des étudiants. La pratique régulière d’un exercice physique, associée à une alimentation saine, contribue à maintenir votre santé à jour.

Pour en savoir plus sur le sujet, on a préparé ce billet. Vous pouvez voir ici les avantages et les types de yoga qui aident à contrôler la tension artérielle.

Les bienfaits du yoga pour l’hypertension artérielle

La pratique du yoga est l’une des méthodes naturelles les plus efficaces pour contrôler la tension artérielle. Grâce à la combinaison de postures, de respiration et de méditation, il est possible d’être en bonne santé.

En effet, l’exercice physique élimine le niveau de stress. L’épuisement physique et mental peut augmenter la pression et, par conséquent, l’apparition de maladies. Voir d’autres avantages de la pratique.

Réduit le taux de cholestérol

L’hypercholestérolémie est un facteur de risque de maladie cardiaque. En effectuant les postures avec les conseils appropriés, le taux de bon cholestérol, le HDL, augmente, ce qui contribue, également, à maintenir la pression artérielle stable.

Contrôle du glycose

Avec l’augmentation de la glycémie, la pression sanguine augmente, également. En plus d’une alimentation équilibrée, quelques minutes de pratique de yoga

 diminuer le taux de sucre. La méditation est, également, un excellent allié pour contrôler l’anxiété et l’envie de sucreries.

Diminue le risque de maladie cardiaque

En insérant le yoga dans votre routine, vous réduirez le risque d’attaques et de crises cardiaques. Ce qui est génial, c’est que même les personnes atteintes d’une maladie préexistante ou les personnes âgées peuvent pratiquer ce type d’activité physique.

Types de yoga pour l’hypertension artérielle

Bien qu’il existe plusieurs modalités de yoga, certaines sont plus indiquées pour aider à contrôler la tension artérielle. De plus, il est recommandé de pratiquer trois à quatre fois par semaine, et pour profiter de tous les bienfaits, l’idéal est que chaque cours dure environ 30 à 60 minutes.

Hatha yoga avec approche Iyengar

Basées sur une série de postures simples, les postures sont effectuées, pendant une période plus longue. Pendant les cours, il est permis d’utiliser des coussins pour aider l’étudiant débutant, si vous manquez de souplesse.

Yoga Kundalini

Dans cette modalité, il y a une combinaison d’exercices de respiration et des postures qui incluent, également, la méditation, les mantras et la relaxation guidée. Le tout dans le but de purifier le corps, l’esprit et l’âme.

Yoga Sivananda

En plus des exercices de respiration, il adopte une série de postures différentes qui progressent de l’une à l’autre. Celui qui va pratiquer cette modalité doit, déjà, avoir une certaine souplesse corporelle.

Le Viniyoga

Le Viniyoga est surtout recommandé aux patients qui se remettent d’une hypertension et aux personnes âgées. Dans les cours, les postures présentées sont douces et légères, avec un accent sur la guérison.

Enfin, n’oubliez jamais que, quel que soit le type de yoga pour l’hypertension artérielle que vous décidez de pratiquer, parlez-en, d’abord, à votre médecin. Ainsi, il pourra vous dire si vous êtes apte à effectuer la pratique, et si c’est le cas, votre santé bénéficiera de gains de qualité et vous aurez plus d’énergie pour vos tâches.

Combiner posture, respiration et méditation

Au cours du diagnostic, le médecin établira une préhypertension en cas de pression artérielle systolique entre 120 mmHg et 139 mmHg ou de pression artérielle diastolique entre 80 mmHg et 89 mmHg. Les chercheurs ont fait appel à 60 patients souffrant de cette condition physique mais qui demeuraient néanmoins en bonne santé. Ces derniers ont été répartis au hasard dans deux groupes sur une durée de trois mois.

Les membres du premier groupe ont pratiqué du yoga combiné à des changements de style de vie (alimentation, sport) et ceux du second groupe ont seulement changé d’hygiène de vie. Les séances de yoga que les patients réalisaient à domicile à raison d’une heure par jour incluaient des exercices d’étirement, de contrôle de la respiration et de la méditation.

Après ces trois mois, les chercheurs ont constaté chez les patients du groupe yoga montraient une baisse de la pression artérielle diastolique de l’ordre de 4,5 mmHg, tandis que ceux du deuxième groupe n’ont pas montré de changement notable. Cette amélioration, bien que modeste, est assez importante pour faire baisser significativement les risques de santé liés à une pression artérielle trop élevée.

Une légère amélioration qui peut faire la différence

« Bien que la réduction de la pression artérielle soit modeste, même une diminution de 2mmHg de la pression artérielle diastolique pourrait réduire le risque de maladie coronarienne de 6% et le risque d’accident vasculaire cérébral et d’accident ischémique transitoire de 15% », explique le Dr Angrish.

En ce qui concerne la façon dont le yoga aide à réduire la pression artérielle, les conclusions de l’étude indiquent que le mécanisme exact n’est pas clair, mais que des séances régulières peuvent agir sur les barorécepteurs, qui servent à réguler la pression artérielle. Ainsi, les chercheurs suggèrent que les patients souffrant de préhypertension devraient être avisés de pratiquer quotidiennement du yoga.

Mais pas n’importe lequel: le hatha yoga, l’une des formes les plus connues, qui comprend des exercices de posture (asanas), de respiration (pranayama) et de la méditation. Ces trois composants seraient indispensables pour obtenir des effets bénéfiques, même si les chercheurs ne sont pas parvenus à déterminer leurs contributions individuelles. Comme pour les autres types de yoga, le Hatha-Yoga permet aussi d’apporter un véritable sentiment de bien-être.

5 exercices de yoga pour une régulation naturelle de la tension

Échauffement : quelques exercices de salut au soleil aident à échauffer le corps et à répartir l’oxygène, dans tout l’organisme. Après le salut au soleil, le pouls au repos est plus lent, le sentiment de bienêtre physique amélioré.

Flexion avant en position debout : debout jambes serrées, les bras pendant latéralement, inspirer, lever les bras, expirer, fléchir vers l’avant en gardant le dos droit jusqu’à ce que les mains touchent le sol (plier légèrement les genoux si nécessaire), rester dans cette position en effectuant cinq à dix respirations profondes. Effet: cet exercice favorise l’amenée de sang au cerveau, ce qui produit un effet stimulant. La colonne vertébrale reste élastique.

Flexion avant en position assise : position de départ assise, jambes tendues et dos droit. Placer les mains sur les cuisses et les faire glisser vers l’avant le long des tibias en expirant, pencher ventre et poitrine en direction des jambes, en gardant le dos le plus droit possible. Rester ainsi pendant 10 à 20 respirations. Effet: la respiration est améliorée, le cœur peut se reposer car c’est avant tout l’irrigation sanguine du tronc et de la tête qui est assurée. Mollets, creux des genoux et cuisses sont étirés.

Pont : position de départ couchée sur le dos. Placer les pieds juste derrière les fesses (écartés l’un de l’autre de la largeur des hanches). Soulever le fessier avec une inspiration, resserrer les omoplates et croiser les mains sous les fesses. Les talons appuient sur le sol. Rester ainsi pendant cinq à dix respirations. Effet: renforce les poignets, les jambes et le fessier. Cette posture inversée favorise le retour du sang veineux vers le cœur et régule la glande thyroïde.

Posture de détente du dos : position couchée sur le dos, jambes écartées de la largeur des hanches, mains écartées du corps, paumes vers le haut. Fermer les yeux et inspirer et expirer profondément par le nez. Rester allongé aussi longtemps que l’on se sent bien. Puis tout relâcher. Effet: cette détente profonde élimine les hormones du stress, tandis que des hormones du bonheur sont sécrétées. La circulation s’apaise, les parois artérielles peuvent se détendre. Prévient hypertension et maladies digestives.